UNE CONVENTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DE PROMOTION DE LA MÉDECINE TRADITIONNELLE.

0
1081

BRAZZAVILLE, 13 MAI – La directrice générale de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSSA), le Dr Marie Claire Makambila Koubemba et le président de l’Union Nationale des Tradipraticiens de la Santé du Congo (UNTC), M. Gilbert Mouanda, ont procédé, le 13 mai à Brazzaville, à la signature d’une convention de partenariat pour la mise en œuvre de la politique nationale en matière de la recherche dans le cadre de la promotion et le développement de la médecine traditionnelle par leur engagement.

Le gouvernement par le ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, promeut la médecine traditionnelle pour une utilisation efficace et sans danger de celle-ci, tout en respectant les stratégies édictées par la communauté internationale à travers la règlementation, la recherche et l’intégration des produits de la médecine traditionnelle dans le système de santé.

A travers cette convention, il s’agira pour l’IRSSA, d’une part, de consolider et d’enrichir la collection nationale des plantes médicinales, de mener des recherches sur les plantes médicinales et les médicaments traditionnels améliorés proposés par les tradipraticiens de Santé du Congo.  D’autre part, l’Institut se propose d’appuyer le développement de la production locale des médicaments traditionnels améliorés et de faciliter le partenariat technique et scientifique entre UNTC et d’autres structures de recherche.

En outre, l’IRSSA va faciliter, la reconnaissance des activités de l’UNTC en collaboration avec l’Institut, créer des cadres d’échanges et de partage d’expériences entre l’UNTC et les autres acteurs impliqués dans la recherche scientifique en matière de médecine traditionnelle, contribuer à la valorisation et la diffusion des travaux de recherche réalisés en collaboration avec l’UNTC.

Pour sa part, l’UNTC s’engage à adhérer à la nécessité de réglementer la médecine traditionnelle, d’accepter et d’intégrer la démarche scientifique dans le processus de production des médicaments traditionnels, de conduire des projets de recherche collaboratifs avec tous les acteurs du système national de recherche en Sciences de la Santé et de mener les travaux dans le respect de la règlementation en matière de recherche en Sciences de la Santé.

Cette convention a été signée conformément à la stratégie du comité régionale de l’Organisation Mondiale de la  Santé (OMS) adoptée en 2000 qui invite les États membres à renforcer leurs institutions de recherche, en vue d’entreprendre les recherches appropriées permettant d’apporter la preuve de l’innocuité, de l’efficacité et de la qualité des médicaments traditionnels et d’en diffuser les résultats.

Le président de l’UNTC, reconnaissant que le gouvernement recommande aux tradipraticiens, dans le souci de l’amélioration de la santé des populations, l’administration des soins de qualité, a fait noter au gouvernement et à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) que “nous allons proposer les modalités de l’exercice de la médecine traditionnelle et celui du cadre juridique d’homologation des médicaments traditionnels améliorés”.

Pour sa part, la directrice générale de l’IRSSA a déclaré qu’“ au Congo, depuis la mise au point du premier produit, le tetra, du tradipraticien, Charles Mbemba et de la moudiocine, l’IRSSA suit les tradipraticiens pour arriver à un médicament traditionnel amélioré afin d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché”.