UNE COMMISSION DE L’ASSEMBLÉE AU CHEVET DU LABORATOIRE SORETEP.

0
103

BRAZZAVILLE, 12 OCT – Une délégation de la commission éducation, culture sciences et technologie de l’Assemblée Nationale conduite par son président, M. Boniface Ngoulou a visité,  le 10 octobre à Brazzaville, le laboratoire de la Société de Recherche et de Technologies Pharmaceutiques (SORETEP), en vue de la relance des travaux arrêtés en attendant la contre partie financière du Congo.

Le laboratoire SORETEP, fruit de la coopération Vietnam-Congo pour l’extraction, la fabrication des antipaludiques et  la création de plantation de l’artemisia  qui est  la matière première pour la fabrication de ces produits a été crée par décret n°2014-31 du 14 février 2014.A l’issue de la visite du laboratoire de SORETEP qui a bouclé une série des visites commencées depuis une  semaine, M. Ngoulou a  rassuré être animé par un sentiment de fierté, de mission accomplie.

« Tout ce que nous avons pu voir, entendre et observer, les contre-performances  constatées, les problèmes identifiés et surtout les défis à relever que nous avons vu, feront l’objet  d’un rapp

ort au bureau de l’assemblée nationale », a-t- il déclaré à la presse.

Il a précisé qu’après ce rapport, la commission va actionner les mécanismes conventionnels qui vont  permettre à l’assemblée nationale d’interpeler le gouvernement parce que la délégation à relevé  beaucoup des questions,  assez importantes à examiner à ce niveau.

« Nous avons été interpelé par le Chef  de l’Etat c’est un peu en réponse à cela, que les Députés so

nt plus  proche de la population et ont lancé ces visites », a dit M. NGoulou.

Il s’agissait de visiter les  structures des ministères qui sont dans le champ d’action de la Commission au niveau de l’assemblée nationale.

« Le laboratoire n’est pas fonctionnel par manque de financement. Pour relancer ces travaux il faut la maintenance du matériel car tout le matériel se trouve dans ce laboratoire et il faut la matière première. La crainte  est que les machines tombent en panne ce qui est un gaspillage », a indiqué à la presse  la Directrice scientifique de l’IRSSA, Mme Marie Claire Makambila.