UN OUTIL SUPPLEMENTAIRE POUR EXÉCUTER LA RECHERCHE APPLIQUÉE.

0
613

BRAZZAVILLE, 06 JUIN – Le ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique s’est doté désormais d’un outil supplémentaire devant organiser, conduire et exécuter toutes recherches appliquées visant la promotion et le développement des domaines de génies civil, des procédés industriels et alimentaires, mécanique, biologie, Procédé de transformation agro-alimentaire, biomédical, électrique et Pétrolier.

Maintenant c’est fait. En effet, depuis la promulgation de la loi N° 07-2020 du 19 mars 2020, le CRIPT est passé Institut national de Recherche en Sciences de l’Ingénieur Innovation et Technologie (INRSIIT).

Le passage du Centre de Recherche d’Initiation des projets de Technologie (CRIPT) en Institut de Recherche en Sciences de l’Ingénieur et d’Innovation Technologique (INRSIIT) est un pari gagné pour le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou dont la détermination à défendre le projet devant les deux chambres du parlement et devant d’autres instances républicaine saccréditées, a aujourd’hui porté ses fruits.

Depuis son arrivé Monsieur Martin Parfait Aimé Coussoud- Mavoungou a lancé une série de défis pour impulser un dynamisme à la Recherche Scientifique pour valoriser les initiatives innovantes au cœur de la diversification de notre économie nationale par le biais des Instituts pour ouvrir notre pays dans l’esprit même du Président de la République, son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, à une véritable modernisation des structures et des prestations.

Tant d’autres missions déjà portées par le CRIPT, mais que l’INRSIIT, devra davantage « créer des conditions de prise en charge de l’ensemble du processus d’innovations, notamment la démonstration, le prototype industriel et l’ingénieur ».

Pari gagné aussi pour la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique qui, devra, à travers des projets technologiques innovants dont l’INRSIIT est déjà porteur de contribuer à l’amélioration des techniques et méthodes de transformation et de conservation en matières premières agricoles et forestières locales pour le développement de l’industrie agro-alimentaire et forestière au Congo.