UN ACCORD POUR DÉVELOPPER LA FILIÈRE MORINGA.

0
472

BRAZZAVILLE, 27 OCT – L’Institut National de Recherche  Forestière et le Groupe d’Intérêt Economique (GIE) « Chaine de valeur Moringa », ont procédé, le 26 octobre à Brazzaville,  à la signature d’un accord de partenariat pour fixer les termes de collaboration scientifique et technique, en vue de développer la filière Moringa oleifera au Congo par des appuis, des échanges et des accompagnements divers.

Cet accord signé sous  le  parrainage du Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou permettra  de fixer les termes de collaboration scientifique entre le Ministère à travers ses structures opérationnelles notamment l’Institut National de Recherche Forestière (IRA), l’Institut National Recherche Agronomique (IRA), le Centre de Recherche et d’Etudes en Sciences Sociales et Humaines (CRESSH), l’Institut National de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles (IRSEN), l’Agence, National de Valorisation des  Résultats  de la Recheche (ANVAR et le GIE chaine de valeur Moringa.

A l’issue de la signature de cet accord, le directeur général de  l’IRF, M. Victor Kimpouni a indiqué que les deux parties devront travailler main dans la main pour régler les problèmes inhérents à la vie des populations congolaises.

«  Cet accord cadre de partenariat concerne le moringa qui est une plante qui a été introduite au Congo et  qui est dotée des vertus médicinales et alimentaires très importante,  mais derrière ces éléments nous avons toute la chaine de valeur cosmétique, donc les produits de beauté qui sont fait sur la base de ce produit », a-t- il dit.

Il a souhaité  qu’à compter de cette signature,  que les deux parties  se mettent ensemble pour donner un plus valu à cette plante. « C’est un partenariat pour la vie tant qu’il y aura la recherche tant qu’il y aura les besoins on sera ensemble, nous allons accompagner l’ONG et les populations qui devront  s’approprier des techniques que nous mettrons en place pour pouvoir donner plus de la valeur à la plante », a expliqué le directeur de l’IRF.

Pour sa part, la présidente du conseil d’administration du GIE, Mme Marguerite Homb a fait savoir que  cet accord augure des lendemains meilleurs pour  son organisation  pour que  les  membres qui sont des entrepreneurs soient   dans une dynamique d’accompagnement.

« Jusqu’ici nous valorisons le moringa mais  sans un contrôle de qualité, aujourd’hui c’est le  grand jour où la recherche scientifique va travailler avec nous pour aller vers le contrôle de qualité, les normes de production par exemple la certification des semences », a-t-elle mentionné.

Avec le partenariat signé avec l’IRF, a poursuivi Mme Homb, «  le contrôle qualité sera possible et systématique,   ainsi nos  produits auront un label de certification et de sécurisation ».

Le champ d’application des domaines de cet accord couvre l’expertise scientifique, les techniques appliquées, les mécanismes promotionnels et communicationnels en matière, entre autres, de rédaction, conduite et suivi-évaluation des projets, la définition des densités optimales de plantation, de l’optimisation des techniques de transformation et de commercialisation/

Le Moringa est à la base des projets structurants des Petites et Moyennes Entreprises inscrites au Projet s’appui à la Diversification Économique -2 (PADE-2) et au Projet de  Développement de l’Agriculture Commerciale (PDAC) qui visent l’amélioration de la contribution du secteur hors pétrole au PIB.