LE MINISTERE ET LA FAO SIGNENT LE PROJET DE LA POLITIQUE SEMENCIERE

0
264

BRAZZAVILLE, 16 JUI (ACI)-Le ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou et la représentante de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture(FAO), Mme Suze Percy Fillipini ont procédé, le 12 juillet à Brazzaville, à la signature du projet sur l’appui à l’élaboration d’une politique nationale semencière de la République du Congo.

Ce projet qui vise à remédier le vide en matière de politique relative au secteur semencier, a été signé en présence du ministre d’Etat, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche,M. Henri Djombo qui a procédé au lancement des trois projets agricoles dont celui-ci.

L’absence de la politique semencière tend à limiter la capacité nationale à fournir aux petits
exploitants un accès adéquat à des semences. A cet effet, le ministère de la recherche
scientifique et de l’innovation technologique avec l’appui de la FAO va recenser les variétés
et les cultivars des plantes vivrières et agro-forestières ayant un intérêt alimentaire,
économique et environnemental.

Les données qui seront recueillies auprès des différents acteurs du système semencier et auprès de toutes les autorités nationales compétentes
permettront d’élaborer une proposition de plan national semencier de la République du
Congo.
A l’occasion de cette signature, le ministre Coussoud-Mavoungou a rappelé que le secteur
agricole congolais se repose essentiellement sur les petits producteurs de l’agriculture
familiale. Il a été démontré que la qualité et la quantité de la production agricole sont
déterminées non seulement par la fertilité du sol et des intrants apportés, mais surtout de la viabilité de la semence qui se traduit par la capacité à se reproduire, à son adaptation aux conditions agro-écologiques et à sa résistance aux maladies et ravageurs des plantes.

« Les semences sont, de ce fait, un intrant fondamental pour l’agriculture. Des semences de haute qualité et performantes sont un préalable à toute production. De même, il est aussi reconnu que la sécurité alimentaire dépend dans une large mesure à la sécurité semencière », a indiqué le ministre de la recherche scientifique.

L’approvisionnement des producteurs en semences améliorées est indispensable au Congo
pour permettre l’optimisation de leur production. C’est ainsi que les revenus y compris les
conditions de vie des producteurs pourraient être améliorés, a estimé le ministre.

« Le département de la recherche scientifique particulièrement la recherche agricole est
disposé à accompagner tous les projets ainsi présentés », a rassuré le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.Pour la représentante de la FAO au Congo, le projet sur la promotion de l’agroécologie exploitera les innovations pratiques et scientifiques pour ouvrir la voie à une agriculture réparatrice, adaptable, intégrante et efficiente dans l’utilisation des ressources.

« Nous ne pourrons obtenir les produits de l’agroécologie sans la production de semences de qualité en République du Congo. Cet objectif nécessite une politique semencière capable de faire face aux quatre principes de la sécurité semencière, à savoir, la disponibilité,l’accessibilité, la pertinence variétale et enfin la qualité de la semence », a déclaré Mme Suze Percy Fillipini.

De ce plan semencier, il est escompté le renforcement de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle à travers l’augmentation de la production et de la productivité des principales
cultures vivrières. Ceci avec pour effet direct l’amélioration à l’accès aux semences de qualité pour les agriculteurs grâce au renforcement du système national de production de semences. Il sera formulé une politique semencière nationale assortie d’un plan d’action pour le développement du sous-secteur.

Il est aussi envisagé la mise en place d’un schéma de contrôle et de certification des
semences ainsi que le renforcement des capacités techniques nationales de contrôle et de
certification de semence. A cet effet, un cadre juridique et réglementaire relatif aux activités de production, de contrôle de qualité et de certification des semences est de plan sera défini.