SE FIXER DES PRIORITÉS POUR AVANCER LA RECHERCHE DIXIT L’AMBASSADEUR DE FRANCE.

0
339

BRAZZAVILLE, 30 AVRIL – L’Ambassadeur de France en République  du Congo, M. Bertrand COCHERY et le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé COUSSOUD-MAVOUNGOU se sont convenus, le 30 avril à Brazzaville,  de bien fixer les objectifs et les priorités dans un premier temps pour avancer le recherche dans le cadre de la feuille de route pour une coopération renforcée dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le contenu de l’audience des deux personnalités a tourné sur la place de l’agenda à la suite de la signature de la feuille de la route Recherche scientifique-enseignement supérieur.

A l’issue de l’audience, l’Ambassadeur de France au Congo a déclaré, « il est plus important de passer maintenant à une phase plus opérationnelle dans nos travaux, ce qu’on appelle la déclinaison en terme opérationnel de la feuille de route car, c’est très bien d’avoir un document cadre mais le plus important c’est surtout d’avoir des actions et des orientations pour faire vivre ce cadre ».

La démarche de cette feuille de route vise à bâtir des complémentarités entre  les ministères de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, de l’enseignement supérieur et  celui de l’environnement ainsi que tous ceux qui travaillent avec eux dans le cadre de la recherche de cette feuille de route, notamment la santé, l’environnement, l’enseignement supérieur et la recherche dans le but de créer une synergie entre ces différents secteurs qui sont les secteurs de plus haute priorité pour le Congo et pour les relations entre la France et le Congo.

Heureux de constater que le ministre  congolais de la recherche scientifique a déjà tissé des relations étroites avec un certain nombre d’institutions de recherche français que ce soit dans le domaine relevant des compétences du  Centre  de Coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)  en France ou qui sont dans les domaines essentiels des ressources halieutiques et de la recherche océanographiques, M.COCHERY a trouvé que ce sont  des sujets qui sont au cœur  de la  déclinaison opérationnelle de la feuille de route.

Dans le secteur de la santé, l’Ambassadeur a indiqué qu’il a mis à  profit son déplacement à Paris, pour des contacts avec le réseau de l’institut Pasteur pour voir comment faire travailler ensemble les instituts pasteur d’Afrique centrale et  au-delà.

« Il s’agit d’agir de façon étroite, concerté, dans un esprit de partenariat à partir des objectifs qui ont été fixés par la feuille de route avec les moyens qui  sont consacrés à cette feuille de route dans le cadre du contrat du désendettement,  du développement et de redonner de la force, de la vigueur à notre relation bilatérale aussi dans l’intérêt de la relève d’une nouvelle génération des chercheurs pour prendre le relais », a dit l’Ambassadeur de France au Congo.

L’Ambassadeur a rassuré la presse sur la réalisation concrète de tous ces projets et celui de mettre ensemble tous ceux qui  ont suivi les études supérieures en France, dans les écoles  pour que tout le monde réfléchisse ensemble en vue de revitaliser cette relation et surtout de regarder l’       avenir du Congo dans les secteurs aussi essentiels que l’environnement, la protection du littoral, la mise en valeur des ressources forestières, la question des sols, la biodiversité, au tant de question où il ya l’engagement du ministre.