RAPPORT SUR L’ÉTUDE DE TOXICITÉS AIGUE ET SUBAIGUË DE ACTOL 30 CHEZ LA SOURIS ET LE RAT.

0
1360

Actuellement, le monde entier est menacé, depuis plus de cinq (5) mois, par une pandémie d’origine virale due à un nouveau coronavirus (SRAS Cov-2) très contagieux et mortel. Chaque fois qu’une épidémie d’origine virale a sévi dans une région du monde, la médecine traditionnelle a toujours été sollicitée dans la riposte contre celle-ci par l’utilisation des plantes médicinales. Le Congo regorge d’une flore riche et diversifiée estimée à plus de 6500 espèces végétales. Parmi ces espèces végétales, il y a des plantes médicinales dont à peine 10 à 15 % ont fait l’objet d’études scientifiques contre diverses pathologies. En chine par exemple, des travaux ont montré l’utilisation de beaucoup de recettes à base de plantes médicinales contre cette pandémie (Khaerunnisa, 2020). En Afrique, des recettes à base de plantes médicinales présumées anti covid 19 sont proposées. C’est le cas du Madagascar avec le Covid Organics, du Benin avec Apivirine. Au Congo, de nombreuses recettes médicinales sont également proposées par des tradipraticiens de santé et d’autres sachants des plantes médicinales. Parmi ces recettes il y a Actol 30.

Icône

RAPPORT ACTOL 0 1 downloads

...