PLAIDOYER POUR UN PROJET DE SAUVEGARDE DES PHOTOGRAPHIES AÉRIENNES DES PAYS DE LA CEMAC.

0
2320

BRAZZAVILLE, 21 OCTOBRE – Le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a fait, le 17 octobre à Brazzaville, un plaidoyer auprès des ambassadeurs et représentants de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) concernant la dématérialisation des couvertures aériennes de ces pays.

La réunion, rassemblant des diplomates et des experts, a permis de faire le point sur l’état du patrimoine archivé en France et dans les pays d’Afrique centrale, de montrer l’intérêt, pour les pays concernés, de sauvegarder les couvertures aériennes et les applications qui en découlent en matière de recherche et développement, de promouvoir l’approche régionale du projet de dématérialisation par la mise en réseau de toutes les institutions nationales et régionales et de solliciter l’accompagnement des partenaires au développement.

Le Centre de Recherche Géographique et de production Cartographique (CERGEC) et l’Ingénierie Géographique Numérique Française à l’International (IGN FI) ont présenté des photographies acquises plusieurs décennies avant l’apparition des satellites d’observation.

Une partie de ces photographies constituée de films sur support acétate est affectée par le syndrome du vinaigre, un phénomène de vieillissement naturel qui s’accélère avec le temps et devient irréversible, rendant les clichés inexploitables.

 L’exploitation de ces photographies anciennes couplées à celle des images satellites d’aujourd’hui permet d’obtenir des informations utilisables dans plusieurs domaines dont, entre autres, la protection de l’environnent, les problématiques frontalières, la gestion foncière, la dynamique côtière…

A cet effet, le ministre Coussoud-Mavoungou a présenté l’opportunité pour les pays de la CEMAC de disposer de ce type de données grâce aux prises de vue aérienne réalisées par l’Institut Géographique National de France (IGN), et dont les plus anciennes remontent aux années 1950.

« Ces prises de vue, tout comme d’ailleurs le fond cartographique qui en a résulté, constituent une véritable mémoire de nos territoires, un patrimoine unique qu’il faut sauvegarder grâce aux techniques modernes de dématérialisation et de conservation d’archives”, a martelé le ministre, indiquant que l’IGN est disposé à prendre toute sa place dans le cadre d’un projet régional de dématérialisation des supports archivés en France et en Afrique ».

Pour faire aboutir ce projet régional, la République du Congo postule pour une approche régionale permettant aux pays de la CEMAC de mutualiser leurs ressources et de mieux mobiliser et optimiser celles des partenaires qui pourront les accompagner dans la réalisation de ce projet. La finalité du projet est la création d’un géoportail qui permettra aux chercheurs, étudiants ou d’autres acteurs publics et privés de pouvoir travailler en réseau tant les thématiques à développer sont communes à tous ces Pays.