L’EXPERTISE DE LA CHAIRE D’ABOMEY-CALAVI AU BENEFICE DE L’OCEANOLOGIE DU CONGO.

0
2525

BRAZZAVILLE, 16 MARS- Le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, a dit sa ferme volonté, le 12 mars dernier à Cotonou au Bénin, de faire bénéficier à l’Institut National de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles (IRSEN), l’expertise de la Chaire internationale de l’Université d’Abomey-Calavi en physique-mathématique et applications en matière de recherches océanographiques.

Le ministre a manifesté cette volonté dans son discours prononcé à l’occasion des signatures de l’accord cadre de coopération entre les Gouvernements du Congo et du Bénin et du protocole d’accord de partenariat entre l’Institut Géographique National du Bénin et le Centre de Recherche Géographique et de Production Cartographique (CERGEC) du Congo. Focalisé sur la coopération dans les activités de production de l’information géographique, de la recherche géographique et de la formation.

Conclu pour définir le cadre de coopération devant régir les relations entre ces deux pays, l’accord permettra, entre autres, l’échange de matériels scientifique notamment minéral, végétal ou animal conservé ou vivant, l’organisation conjointe de séminaires et de colloques, l’organisation, de manière générale, de tout autre type de collaboration qui pourrait se révéler utile à la réalisation de ses objectifs.

Il s’agira également de promouvoir la coopération entre le Congo et le Bénin en vue de l’enrichissement mutuel de leur patrimoine scientifique et technologique ainsi que le développement des travaux de formation et de recherche dans les domaines d’intérêt communs pour la réalisation des programmes de recherche.

A cette occasion, le ministre Martin Parfait Aimé COUSSOUD-MAVOUNGOU, a justifié la signature de cet accord, du côté congolais, par le programme de société de Son Excellence M. Denis SASSOU-N’GUESSO, la marche vers le développement, qui a accordé au développement scientifique et technologique, le rôle de moteur au service de la résolution des problèmes qui se posent aux populations dans leur vie quotidienne.

“Il s’agit de toute évidence d’une recherche-développement de proximité qui tienne compte du terrain et dont l’aboutissement devrait faire reculer la faim, l’avancée de la désertification, la lutte contre les maladies tropicales négligées mais aussi l’évaluation et peut-être la reconstitution de la ressource halieutique, bref une recherche qui s’attaquera à l’insécurité alimentaire pour tout dire”, a indiqué le ministre Coussoud-Mavoungou.

A cette même occasion et sous le parrainage du ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou de la recherche scientifique du Congo et du ministre José Tonato du cadre de vie et du développement durable du Bénin,  le directeur du Centre de Recherche et de production Cartographique (CERGEC), M. Etienne PAKA et le directeur général de l’Institut Géographique National (IGN) du Bénin, M. Roch Abdon BAH ont à leur tour, signé un protocole de partenariat pour dynamiser les relations de coopération dans les activités de production de l’information géographique, de la recherche géographique et de la formation concernant les domaines de la géodésie,  du nivellement, de la photogrammétrie, de la télédétection, de la cartographie numérique etc.

“ J’ai pour ma part et sur instruction du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la République du Congo, engagé l’ensemble des personnels des instituts de recherche à réserver leur exigence de chercheurs à la mise en œuvre du présent accord”, a fait savoir le ministre Coussoud-Mavoungou.

Pour sa part, le ministre béninois de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mme Eléonore Yayi Ladekan s’est réjouie du pas posé dans le bon sens pour un avenir prospère entre les deux pays à la vue de l’importance du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche dans l’acquisition du savoir, clé de voute du développement de tout pays.

“Il n’y a pas de vrai développement durable sans recherche scientifique. Le monde moderne enseigne aux hommes politiques de mettre les mains dans les mains afin de réussir à financer ce secteur très porteur et très couteux de la vie sociale des peuples. Les autorités du Bénin et du Congo Brazzaville ont décidé d’investir dans le champ de la coopération sud-sud afin de s’assurer de trouver les moyens de financement de la recherche scientifique”, a affirmé la ministre Yayi Ladekan.

En marge de ces signatures, les experts congolais de la recherche scientifique ont rencontré les autorités de quelques structures relavant du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Bénin, notamment l’Agence béninoise de valorisation des résultats de la recherche et d’innovation technologique, le fonds national de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, l’Institut de Recherche Halieutique  et Océanologique du Bénin,  le Centre Béninois  de la Recherche Scientifique et de l’Innovation et la chaire UNESCO de la physique et mathématique appliquée, pour la formation des spécialistes en océanographie pour relever le laboratoire congolais basé à Pointe Noire qui doit bénéficier de la coopération française.