LES CHERCHEURS CONGOLAIS S’APPROPRIENT L’IMPRESSION 3D

0
119

LES CHERCHEURS CONGOLAIS S’APPROPRIENT L’IMPRESSION 3D

BRAZZAVILLE, 06 FEVRIER (ACI) – L’impression 3D, aussi appelée fabrication additive est le processus qui consiste à créer des objets physiques par superposition de différentes couches de matière sur la base d’un modèle numérique ou physique, elle a fait l’objet d’un atelier de formation dont l’ouverture a été faite, le 6 février à Brazzaville par le Directeur de Cabinet du Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Jean Claude Boukono.

A cette occasion, M. Jean Claude Boukono, rendant l’allocution du ministre de la recherche scientifique a indiqué que l’impression 3D est le fruit des résultats de la recherche scientifique et de l’innovation technologique basé sur l’idée de convertir un modèle numérique en un objet solide en trois dimensions.

« Ces outils de la technologie innovante joueront un rôle nécessaire dont le but principal est de renforcer la recherche clinique afin de proposer des solutions novatrices dans notre pays », a-t- il dit.

Le domaine de la médecine profite largement de l’impression 3D, avec la création d’un matériau semblable à un os ou encore la création de prothèses, des simples implants et exosquelettes parfaitement adaptées aux besoins de la personne.

Pour sa part, la directrice de la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale (FCRM) et Coordonnatrice du réseau d’Afrique sur les essais clinique, Mme Francine Ntoumi a mentionné que l’impression 3D est une nouvelle technologie en plein développement et qui doit être appropriée par la jeunesse. Elle incite à la créativité, à l’innovation et surtout elle s’applique à tous les domaines de la vie comme l’architecture, l’agriculture, l’aviation…

« Dans mon domaine qui est la recherche biomédicale, elle peut permettre de construire un microscope pour moins de 10 euros, des outils à coûts réduits pour la formation de nos étudiants et ainsi améliorer la qualité de cette formation », a-t- elle souligné.

De son côté, l’ambassadeur de l’Allemagne au Congo, M. Klaus Peter Schick a rappelé que le Président Obama avait plaidé en 2013 que l’Amérique investisse dans la création de centres d’impression 3D dans le but de dynamiser l’innovation et créer des emplois.

« Ce plaidoyer avait, entre autre, mené à la construction d’une imprimante 3D géante en 2014, capable de construire une maison en 24heures, une pratique ensuite utilisée par la Chine pour fabriquer non seulement des simples maisons mais aussi un immeuble à cinq étages en 24 heures », a-t- il signifié.

L’impression 3D peut être utilisée pour fabriquer un verre, un organe, un outil, une pièce de voiture ou d’avion. Elle est basée sur le principe de la stéréolithographie. La NASA se penche actuellement sur la question de la nourriture imprimée en 3D.

Cet atelier de formation qui rassemble des participants venus du Cameroun, du Gabon, de la République Démocratique du Congo et de la République du Congo est animé par des facilitateurs Allemands et américains. Il est prévu du 6 au 8 février prochain. (ACI)