LE MINISTRE APPELLE A SORTIR DES EGOS POUR LA MISE EN PLACE DU CREPIT.

0
206

OYO,  12 Mars – Le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a appelé, le 12 mars à Oyo, les chercheurs et les autres à sortir de leurs égos, pour la volonté de création et de  la mise en place du Centre de Recherche et d’Etudes des Pathologies Infectieuses et Tropicales (CREPIT).

 Cet appel a été lancé lors de la réunion de haut niveau de la vision et des orientations des membres du Gouvernement sur le mode d’organisation et du fonctionnement de l’hôpital Edith Lucie Bongo Ondimba d’Oyo.

 « Je pense que tous ici présent nous comprenions et moi, ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique pèse mes mots quand je le dis, le maître mot c’est la jeunesse. Je vous en prie, sortez de vos égos, messieurs les professeurs. Je le dis en toute responsabilité si non nous allons cloner le CREPIT », a martelé le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou.

Il a  notifié que sa présence marque la volonté, la reconnaissance de ce Centre dans l’environnement scientifique et de recherche du pays car, une semaine durant ils ont épilogué sur les questions de santé publique en  parlant de recherche sur le plan de la santé, sur le plan médical.

 « Notre présence rassure que c’est pour montrer et démontrer que ce n’est pas une institution de trop mais utile parce que  cette institution doit s’occuper des pathologies infectieuses tropical, ce qui est très important », a-t- il dit.

Le ministre de la recherche scientifique a, à cette occasion, confirmé qu’il y aura  une nette et forte collaboration entre l’Institut National de Recherche en  Sciences de la Santé (IRSSA), une structure de son département et le Centre de Recherche et d’Études des Pathologies Infectieuses et Tropicales (CREPIT).

L’appui de l’IRSSA s’est  concrétisé, par  la signature d’une convention de partenariat  en janvier 2019,  mais aussi par  la présence de cette institution dans les locaux de  l’hôpital Edith Lucie Bongo-Ondimba.

Il a attiré l’attention de tous que « le CREPIT  tel que nous l’avions tous entendus, tous compris et tous conçu est sensé être  une plate forme collaborative et  mutualisé. Je prends ces mots pare que l’environnement scientifique particulièrement de recherche est un environnement fermé. Trop fermé parce que, parfois, il manque de collaboration et pour ceux qui vont accompagner le CREPIT, qui pour notre part est un  pôle fédérateur, devraient prendre cela en ligne de compte ».

Le ministre Coussoud-Mavoungou a encouragé la création du CREPIT qui arrive pour les points précis parce que la recherche scientifique ne se cadre pas que sur les sciences de la santé, mais dans beaucoup d’autres secteurs mais le secteur de la recherche avait besoin  de cet instrument.

Il a, à cette même occasion, attiré aussi l’attention des chercheurs de l’Institut National de Recherche en Sciences de la Santé que le CREPIT n’est pas un concurrent, au contraire il arrive pour confirmer et créer une structure d’éveil sanitaire  en pathologie infectieuses et tropicale dans l’intérêt des populations.

Le CREPIT a, entre autre, but de créer une communauté  permettant de voir les questions  de pathologie infectieuse et tropicale dans la sous région.