LE CRIPT BIENTÔT ACCRÉDITE LABORATOIRE OFFICIEL DES ANALYSES BROMATOLOGIQUES.

0
2457

BRAZZAVILLE, 28 FEVRIER – Le directeur de l’Agence Congolaise de la Normalisation et de Qualité(ACONOQ), M.  Jean Jacques Ngoko Miere a annoncé, le 26 février à Brazzaville, la réception prochaine par le Centre de Recherche et d’Initiation des Projets de Technologie (CRIPT) de l’accréditation en qualité de laboratoire officiel des analyses bromatologiques dans le cadre du contrôle qualité des aliments au Congo.

Cette annonce a été faite lors de l’audience que le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a accordée au directeur de l’ACONOQ et aux experts du Programme de l’Union Européenne de Renforcement des Capacités Commerciales (PRCCE).

A cette occasion, l’expert principal PRCCE, M. Bernard Spinoit a relevé le manque crucial de laboratoire de contrôle au niveau du pays. Il a , à cet effet, expliqué au ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, que d’un point de vu institutionnel, il est admis que pour être en conformité  avec les normes internationales et les systèmes internationaux, il faudrait que la République du Congo se dote d’un laboratoire de contrôle qui soit rattaché à l’ACONOQ et au ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, un laboratoire indépendant qui ne fasse que du contrôle.

“Il faudrait également des laboratoires sectoriels et le CRIPT est tout à fait justifié pour faire de l’assistance des Petites et Moyennes Entreprises (PME) afin de développer des produits, déterminer si ces produits ont une caractéristique particulière qui permettra de développer des méthodes d’analyses qu’on pourra transmettre en Europe disant que les produits du Congo sont dosés et permet d’identifier le label Congo en Europe ou ailleurs”, a dit M.  Spinoit.

Ce laboratoire devrait être possiblement prestataire de service parce qu’il existe des entreprises privées qui n’ont pas des moyens de faire des analyses, il faudrait qu’elles puissent le faire dans ce laboratoire qui installe la démarche qualité pour être reconnu, ce qui apportera des grands bénéfices au pays.

L’Agence Congolaise de Normalisation et de Qualité et le Centre de Recherche et d’Initiation des Projets de Technologie qui va se transformer avant le 31 mars en Institut vont signer un protocole d’accord puisque l’agence a la responsabilité de l’évaluation de la conformité des produits et services au Congo.

“Tous les produits industriels avant d’être mis sur le marché devraient être contrôlés donc ces produits iront au CRIPT parce que l’agence l’aurait identifié comme ce moyen qui va faire ce type d’analyse”, a mentionné M. Ngoko Mieré.

Ce protocole d’accord devrait être signé probablement devant les ministres de l’économie et de la recherche scientifique, à l’issu duquel l’Union Européenne représenté par le PRCCE, s’engage à équiper le CRIPT en matériel de pointe pour un montant de plus de 400.000 euros moyennant des travaux à son deuxième site de la cité scientifique, pour conformité.La réception de ce matériel est prévue pour septembre 2020

 Les experts PRCCE ont promis apporter du matériel de laboratoire alors que le CRIPT va proposer en matière de déterminant, des produits d’amélioration des conditions d’analyse physico-chimiques et microbiologiques de ces mêmes produits.

“Il s’agit de travailler à l’amélioration des conditions d’analyse des produits pour garantir les questions vitales d’hygiène élémentaire, en rassurant davantage les consommateurs éventuels. Renforcer les capacités commerciales et entrepreneuriales passe obligatoirement par une rigueur d’analyse de contrôle qualité et des méthodes appropriées dans un cadre approprié”, ont indiqué les experts PRCCE.

Le PRCCE voudrait également au travers du CRIPT contribuer au renforcement de ces capacités essentielles en matière d’analyse des produits pour des résultats fiables, crédibles en matière de rigueur et de méthode scientifiques.Avec la mutation du CRIPT en Institut, tout indique que le changement de statut impliquera, logiquement, le changement de méthode de travail. Ce qui sous-entend que le CRIPT va, à l’avenir, correspondre aux normes essentielles de type ISO 17015 mais aussi de type ISO 22000.

“Dans notre pays, nous avons ce grand problème de laboratoire et de contrôle qualité et surtout qu’aujourd’hui, il y a l’industrie agro alimentaire qui prend vraiment corps”, a dit pour sa part le ministre Coussoud-Mavoungou.

Prenant la mesure de la situation, le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique a marqué toute sa disponibilité, signifiant que ce travail fait ensemble, est l’un des premiers éléments pour justifier la transformation du CRIPT en Institut.

Tout en lançant aux experts du PRCCE l’invite d’aller vite, le ministre a promis que les questions du matériel, tenant compte de l’importance et de l’urgence, seront régulés.