LE CERGEC VA BIENTÔT PUBLIER LA CARTE TOURISTIQUE DE BRAZZAVILLE.

0
1632

BRAZZAVILLE, 29 MAI – Le Centre de Recherche Géographique et de production Cartographique (CERGEC),qui tirera, très prochainement, sa révérence au profit de l’Institut Géographique National du Congo dont la loi de création, déjà votée par le sénat et l’assemblée nationale, est en instance de promulgation, suivant les instructions du ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a conçu, exécuté et va bientôt publier la carte touristique de Brazzaville et ses environs.

Il est important de signaler que la dernière carte à laquelle le CERGEC a pris une part active date de 1990. Le CERGEC a en effet co-produit, avec l’IGN France, la carte générale du Congo au 1/1.000.000e. Sa dernière édition remonte à 1993.

Créé en 1986, le CERGEC a pour vocation d’être le principal opérateur dans les domaines de l’information géographique et de la production cartographique au Congo. A ce titre, il contribue au développement national, tant l’information géographique est une composante indispensable au déploiement des politiques publiques et la carte un véritable outil d’aide à la décision.

Il s’agit en fait de la première carte d’une série qui en comptera 3 ou 4 couvrant l’ensemble du territoire national. Le CERGEC s’est, en effet, basé sur la stratégie nationale et le plan directeur de développement durable du tourisme de la République du Congo qui propose trois zones de développement du tourisme, à savoir, la zone nord, la zone sud et Brazzaville.

La carte touristique de Brazzaville est éditée à l’échelle 1 : 25000. Pour des raisons de commodité cartographique, c’est à dire, visibilité, exhaustivité et cohérence, 54 sites touristiques et 59 sites administratifs et services ont été cartographiés. Un encart du « circuit touristique art et artisanat » a été présenté et quelques photos des sites touristiques ornent la carte.

La réalisation de la carte touristique de Brazzaville a observée toutes les normes de la rédaction cartographique. Toutes les opérations, de la conception à la mise en page de la carte ont été exécutées au CERGEC.

 Les principales étapes de la recherche documentaire ont été les contacts et les rencontres avec les experts en charge du tourisme et de la culture, ladélimitation du périmètre du projet, laconsultation de la base de données du cadastre, l’élaboration du fichier des sites touristiques.

Les informations collectées lors des missions de terrain ont été traitées et analysées en vue d’alimenter la base de données du Système d’Information Géographique (SIG) montée pour les besoins de la production cartographique. Une hiérarchisation des informations recueillies a été faite. Plusieurs couches spatiales, lignes, surfaces, points ont ainsi été digitalisées à partir de l’orthophotographie de Brazzaville par la photographie aériennepréalablement géoréférencée.

 Ces couches concernent, entre autres, la voirie, le réseau hydrographique, les espaces verts, les bâtiments administratifs, les hôtels, les sites culturels, les sites historiques etc. Les différentes couches réalisées ont été soumises à un contrôle qualité, avant d’être représentées par une sémiologie graphique spécifique.

 Une application Web est en cours de développement pour une consultation en ligne de la carte touristique de Brazzaville et ses environs. La carte en ligne permettra, grâce à la fonction zoom, de visualiser un plus grand nombre de sites, ce qui n’est pas possible avec la version en support papier.

Le secteur touristique est sans conteste l’un des principaux leviers de la diversification économique. Dans le cadre du Plan National de Développement (PND), le Congo a ainsi mis sur pied une politique de valorisation de son potentiel touristique, afin que ce secteur puisse participer à hauteur de 10% du PIB. Les potentialités touristiques naturelles, culturelles et historiques existent. Il faut qu’elles soient connues des « consommateurs » nationaux et étrangers. Comme outil de localisation et d’orientation, la carte participe nécessairement à la valorisation des ressources touristiques. A l’ère du numérique, de l’innovation technologique, et avec le développement des applications web, les possibilités de communiquer et de s’informer par la carte sur les ressources touristiques d’un territoire se sont démultipliées. Un promoteur d’activités touristiques à Brazzaville peut « vendre » ses produits touristiques à Londres, tout comme un touriste vivant à Boston peut accéder à toutes les informations nécessaires pour préparer un séjour touristique au Congo.

La  dernière version de la carte touristique de Brazzaville et ses environs  attend la validation du Gouvernement pour sa publication officielle.