IMPACTE DE LA RECHERCHE DANS LE TRAITEMENT DE BOUES HYDROCARBURES A LA CORAF POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE.

0
380

BRAZZAVILLE, 24 DÉCEMBRE – Le procédé de traitement  de boues hydrocarbure mis au point par les sociétés de la République de Saint Marin  a été mis en pratique à la Congolaise de Raffinage (CORAF) par la transformation et la dégradation de ces boues en sols riches en matières organiques.

Dans le cadre de la coopération Congo-Saint-Marin avec l’aide du bureau Tolin Mazza, le procédé de  transformation qui accélère la dégradation du pétrole déversé dans la nature a été partagé avec l’Institut National de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles (IRSEN).

La CORAF qui s’inscrit dans la politique de développement durable utilise ce procédé mis au point par la collaboration de la technologie des Républiques de Saint Marin et du Congo. La CORAF est la seule raffinerie sur la côte ouest africaine à recycler ses boues sans faire recours à l’extérieur. Le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique les a encouragés dans cette dynamique qui devrait  être exportée.

Le chef des projets de la société Green Service, M. Marcello DELLA CORTE a expliqué ce procédé qui consiste à sélectionner les bactéries présentent dans la nature et qui créent un consortium des catalyseurs qui accélèrent le procédé naturelle de transformation de boues hydrocarbures.

Dans le cadre de cette collaboration, le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, M. Martin Parfait Aimé COUSSOUD-MAVOUNGOU a effectué, le 24 décembre une visite dans l’espace de traitement des boues hydrocarbures  du bio-centre de la CORAF.

C’est pour  renforcer cette collaboration que le ministre  Martin Parfait Aimé COUSSOUD-MAVOUNGOU accompagné du préfet de Pointe Noire, du premier vice-président de la mairie de Pointe Noire et du maire de l’arrondissement 2 Mvoumvou, a aussi procédé à la remise à l’IRSEN d’un lot d’équipements pour les laboratoires de microbiologie et d’analyse des sols.

Ces équipements composés d’un spectrophotomètre, d’un photomètre de flamme, des consommables et des lampes pour la mesure des métaux lourds seront utilisés pour atteindre les objectifs de la quantité et de la qualité d’hydrocarbures déversés dans la nature et la restauration des sites pollués.

Refonder la recherche scientifique sur l’essentiel, mieux équiper les laboratoires, améliorer la gestion des unités de recherche et remettre l’usager au centre du système scientifique sont les moyens mis en exergue par le Président Denis Sassou Nguesso pour assurer les missions cardinales du ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.