DISCOURS DU MINISTRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA JOURNEE SCIENTIFIQUE SUR LE THEME « LE PHENOMENE « BEBES NOIRS » : DE L’APPROPRIATION DE LA CITE A L’INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLLE, LU PAR LE DIRECTEUR DE CABINET DU MINISTRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE.

0
2453
  • Messieurs honorables les Présidents des Commissions à l’Assemblée et au SENAT ;
  • Monsieur le 2éme Vice Maire de Brazzaville ;
  • Monsieur le Représentant du Recteur de l’Université Marien NGOUABI ;
  • Monsieur le Conseiller du Premier Ministre ;
  • Messieurs les Directeurs Généraux des Instituts de Recherche ;
  • Messieurs les Directeurs des Centres de Recherche ;
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Départements ministériels ;
  • Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ;
  • Distingués Invités ;
  • Chers Étudiants.

L’homme m’échoit de prendre la parole du haut de cette tribune pour souhaiter d’abord la bienvenue à vous tous qui avez accepté d’honorer de votre présence, la présente cérémonie.

Je saisis cette occasion pour exprimer mes sincères remerciements au Centre de Recherche et d’Etudes Sociales et Humaines pour avoir mené des enquêtes sur un phénomène qui touche le quotidien de la population congolaise, en général, celui des grandes agglomérations de notre pays, en particulier.

Ainsi, cette cérémonie est un rendez-vous de la science à la société, je veux parler de la société congolaise dont vous constituez un échantillon représentatif ici.

Mesdames et Messieurs,

Le phénomène des « Bébés noirs »que les éminents conférenciers vont vous exposer tout à l’heure, est un problème né, il y a quelques années et qui préoccupe les acteurs politiques, la société civile et toute la population congolaise.

En effet, depuis quelques années, le quotidien des habitants des quartiers périphériques des grandes agglomérations de notre pays est hanté par la peur, l’angoisse, la violence et la psychose dues au phénomène des « bébés noirs ».

Ce phénomène est la résultante de nos jeunes désœuvrés qui ont préféré abandonner les valeurs de notre société pour se livrer à des actes déviants, semant la terreur auprès de paisibles citoyens.

Face à ce phénomène, notre société, les Pouvoirs publics ne sont pas restés en marge de cette question.

L’organisation de cette Journée Scientifique sur le phénomène « bébés noirs » vise à éclairer la société congolaise, non seulement sur les effets de ce phénomène, mais aussi à proposer, par le biais des chercheurs, des approches de solutions pour l’éradication et la réinsertion sociale et professionnelle de nos jeunes déviants.

Mesdames et Messieurs ;

Nous sommes sans ignorer que ce phénomène ne touche pas seulement les populations des quartiers périphériques des grandes agglomérations de notre pays, mais aussi met en mal nos valeurs sur le Vivre-Ensemble dans la quiétude et la cohésion sociale chères au Président de la République.

Nos jeunes estimes avoir trouvé en la rue un espace qui recrute, s’appropriant ainsi les cités des grandes agglomérations de notre pays.

C’est pourquoi, une journée scientifique sur ce phénomène apparaît, comme une interpellation publique et politique en vue de mutualiser et intensifier nos efforts pour trouver des solutions idoines.

A travers cette rencontre, le Gouvernement entend relever le défi pour assurer la quiétude de nos populations impactées par ce fléau, mais aussi de mettre en place des leviers d’insertion socioprofessionnelle de ces jeunes désœuvrés.

En rapport à cette Journée Scientifique, les contributions intellectuelles des uns et des autres sont vivement attendues, afin que cet événement soit couronné de succès.

Au nom du Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique,

Je déclare ouverte la  Journée Scientifique sur le phénomène « Bébés noirs » : de l’appropriation de la cité à insertion socioprofessionnelle.

Je vous remercie.