DISCOURS DU DIRECTEUR DU CENTRE DE RECHERCHE ET D’ÉTUDES SOCIALES ET HUMAINES A LA JOURNÉE SCIENTIFIQUE.

0
2385
  • Messieurs honorables les Présidents des Commissions à l’Assemblée et au SENAT ;
  • Monsieur le 2éme Vice Maire de Brazzaville ;
  • Monsieur le Représentant du Recteur de l’Université Marien NGOUABI ;
  • Monsieur le Conseiller du Premier Ministre ;
  • Messieurs les Directeurs Généraux des Instituts de Recherche ;
  • Messieurs les Directeurs des Centres de Recherche ;
  • Mesdames et Messieurs les représentants des Départements ministériels ;
  • Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ;
  • Distingués Invités ;
  • Chers Étudiants.

Permettez-moi de gracier d’une responsabilité : celle de vous souhaiter la bienvenue à cette journée scientifique sur le phénomène « Bébés-noirs » que le CRESSH organise aujourd’hui.

Je vous remercie très sincèrement les chercheurs, spécialement ceux qui aux risques et périls de leurs vies, ont rencontré les « Bébés-noirs » dans leurs zones d’influence et les autres qui vont se relayer sur cette tribune pour les commentaires et des débats enrichissants.

Mes remerciements vont aussi à tous nos invités intéressés par les résultats de la recherche, pour avoir bien voulu assister à cette manifestation qui honore la recherche scientifique.

Qu’entend-on « Bébés-noirs » ? Qu’est –ce qui les caractérise ? Comment opèrent-ils ? Quels sont les effets de leurs actes sur la population congolaise ? Et quelles sont les réponses à y apporter pour l’éradication de ce fléau que connait notre pays ?

Telles sont les préoccupations de notre structure dont le but poursuivi est de promouvoir le développement des sciences de l’homme et de la société en collaboration aves les sciences expérimentales.

C’est ici l’occasion de rappeler que les « Bébés-noirs »constituent un fléau que connait notre pays et interpelle à la fois les pouvoirs publics, la société civile et toute la société congolaise sur la nécessité de trouver des réponses appropriées pour que règne la quiétude dans l’ensemble des quartiers des grandes agglomérations de notre pays.

Cette journée scientifique s’inscrit dans le prolongement du premier acte tenu il y a maintenant deux (02) ans sur le thème : Le phénomène « Bébés-noirs » : causes manifestations et approches de solutions.

Pour donner de l’épaisseur à ce thème, la tâche revient maintenant aux conférenciers de présenter la teneur des résultats de leurs recherches.

Mesdames et messieurs, chers invités, je vous remercie.