DISCOURS D’OUVERTURE A LA RÉUNION DE SENSIBILISATION SUR LA SURETÉ ET LA SÉCURITÉ ÉLECTRONUCLÉAIRE AVEC L’ ASSISTANCE TECHNIQUE DE L’ AGENCE INTERNATIONALE DE L’ÉNERGIE ATOMIQUE.

0
337

Vénérables et Honorables Présidents des Commissions au Sénat et à l’Assemblée Nationale ;

Vénérables  Sénateurs ;

 Messieurs les Directeurs de Cabinet et les Directeurs Généraux ;

Honorables Députés ;

Chers Experts de l’AIEA ;

Mesdames et Messieurs.

Permettez-moi avant tout propos de remercier le Vénérable Président du Sénat ainsi que l’Honorable Président de l’Assemblée  Nationale qui ont bien voulu répondre favorablement et rapidement à notre sollicitation de vous présenter les enjeux d’une coopération efficace entre la République du Congo avec l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).

Pour ce faire, nous nous sommes adjoints l’expertise de :

  • Monsieur Michel Marcel René WARNAU, Administrateur du Programme de Coopération Technique pour la République du Congo à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique ;
  • Monsieur Douglas SWEENEY, Expert en Sécurité Nucléaire, NSSA, USA ;
  • Monsieur Augustin SIMO, Président du Forum des Régulateurs Africains ;
  • L’Honorable Jean Marie COUASSI ALAGBE, Député de l’Assemblée Nationale de la République du Bénin ;
  • Monsieur Abdelmadjid CHERF, Expert en Droit Nucléaire;
  • Monsieur Zéphirin Athanase OUEDRAOGO, Expert à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique.

Les thèmes de nos discussions ont été diffusés dans le programme que nous avons mis à votre disposition mais il reste bien entendu que   les Représentants de l’Agence ici présents se feront le devoir d’évoquer avec vous toute question dont vous jugeriez l’intérêt.

Vénérables Sénateurs ;

 Honorables Députés,

A l’évocation de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique,  le commun des mortels pense aux technologies de l’armement et aux pays industrialisés.

Cette compréhension quelque peu erronée doit laisser place désormais à la certitude que l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire introduira, sans nul doute, de nouvelles perspectives dans notre pays notamment dans l’Agriculture, la Santé, l’Élevage, l’Environnement, les Mines et les Transports et sera ainsi un levier efficace pour la réalisation de notre Plan National  de Développement.

Mesdames et Messieurs

Grâce à un effort de notre pays, lors de la 62eme Conférence Générale, tenue du 17 au 22 Septembre 2018, à Vienne, en Autriche, le Congo a procédé au payement des contributions requises à cet effet et désormais, le Congo pourra jouir de  l’exécution des projets de coopération technique avec l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique.

Ces projets encadrés dans le cycle 2018 à 2021 concernent plusieurs secteurs dont le Ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique,le Ministère de la Justice, le Ministère de la Santé et de la Population, le Ministère du Tourisme et de l’Environnement,le Ministère des Hydrocarbures.

On peut ainsi constater que la République du Congo, sous la Haute Autorité du Président de la République du Congo, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, s’emploie résolument à incorporer les technologies nouvelles de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire pour le contrôle et le traitement des maladies infectieuses et des cancers, de l’amélioration de la production agricole et de l’élevage, de la protection de l’environnement, de l’encadrement d’un bon transport maritime.

Mesdames et Messieurs ;

Les leçons que nous aurons  apprises au cours de ces échanges nous permettront d’améliorer les connaissances et la compréhension des instruments internationaux de l’Agence sur le cadre juridique international de la sûreté et sécurité nucléaires.

Notre pays, de par sa position géographique, se situe dans  un environnement propice aux accidents qui pourraient être dus  à la production, au transport et au trafic illicite de matières nucléaires venues d’ailleurs.

La  sécurité nucléaire étant  une responsabilité de chaque État, notre pays entend jouer sa partition à travers la création d’une Autorité indépendante de radioprotection et de réglementation qui pourra contribuer à la promotion durable d’une culture de sûreté et de sécurité nucléaires, j’ajoute utilisation pacifique.

Cette mission de sensibilisation de l’AIEA vient donc à point nommé pour aider à comprendre la diversité et les avantages des applications nucléaires, ainsi que l’assistance technique fournie par le Programme de Coopération Technique de l’Agence.

Mesdames et Messieurs

 La République du Congo est utilisatrice des sources radioactives dont cellesdu Cobalt 60 dans la radiothérapie, pour le traitement des cancers.

Les Industries pétrolières utilisent les sources de césium américium dans l’exploitation et l’exportation du pétrole.

Au-delà de la loi n°6-2014 du 24 février 2014 relative aux sources radioactives, un autre mécanisme législatif et règlementaire de contrôle doit être mis en place afin de prendre en charge ces sources et nous mettre à l’abri d’accidents fâcheux dont les conséquences sont indescriptibles.

Le chemin du modernisme que nous avons emprunté place devant nous ces exigences dont il faut tenir compte et auxquelles il faut opposer des réponses appropriées. D’où, l’importance de l’activité de ce jour.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais remercier le Directeur Général de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique qui  a organisé cette mission dans des délais très courts à la suite de notre demande et réitérer l’engagement du Congo de remplir ses engagements en vertu des accords qui nous lient à l’Agence.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention et invite les Experts de l’AIEA au déroulé de leurs contributions.