DISCOURS DE L’AMBASSADRICE NEF CONGO.

0
208

Excellence Monsieur le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation technologique du Congo ;

Excellences Mesdames et Messieurs Membres du Gouvernement, Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants des Systèmes des Nations Unies ;

Monsieur le Recteur de l’Université Marien NGOUABI, Messieurs les Eminents Professeurs Universitaires, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs ;

Crée depuis 2013 sur une initiative de l’Institut Africain des Sciences Mathématiques (AIMS) et en partenariat avec la Fondation Robert Bosch, le Next Einstein Forum en sigle « NEF », est une conférence non gouvernementale d’Afrique regroupant les Hommes de Science, des entrepreneurs et chefs d’entreprise, des leaders de la société civile.

Il s’est engagé à arrimer l’Afrique dans le convoi pour le développement et le progrès technique et social.

Œuvrant inlassablement à la promotion de la science, la recherche scientifique, la technologie et l’innovation dans le continent, il s’efforce de présenter lors de ces grands rassemblements mondiaux qu’il organise tous les deux ans, en Afrique, « les contributions de l’Afrique à l’effort scientifique mondial et la façon dont elles influent sur la transformation du continent ».

Ces rassemblements constituent en Afrique de grands évènements de la Science, le dernier en date a été réuni du 24 au 30 Mars 2018 à Kigali au Rwanda sous le patronage de son Excellence Monsieur Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda.

Persuadé que le futur Einstein ne pourra venir que de l’Afrique vue comme le continent d’avenir puis qu’il est prouvé que « d’ici 2050, 40% de la jeunesse mondiale sera Africaine », l’on s’est décidé au NEF, de réunir au tant que se peut, toutes les conditions nécessaires pour gagner ce pari.

C’est pourquoi, sous ce féru, le NEF s’emploie à :

  • Rassembler des hommes de science et des chercheurs africains pour les amener à décupler d’initiatives pour le développement du continent.
  • Susciter auprès de jeunes, un intérêt pour les sciences, la recherche scientifique et la technologique, leur présentant les nombreuses ouvertures qui offrent les différents domaines des sciences, de technologie et de l’innovation.
  • Créer suffisamment des opportunités permettant de faire circuler sur les plateformes de ce forum, le NEF, tous les appels d’offre et des formations qui permettront entre autres de : découvrir des vocations dans les sciences, soutenir dans leurs premiers pas, ces jeunes chercheurs et innovateurs en herbes, accompagner dans leur évolution, ceux qui sont déjà dans le monde de la recherche et enfin, organiser des évènements tels la Semaine Africaine des Sciences du NEF qui, à la fois, assureront la visibilité des nombreux jeunes chercheurs et innovateurs et sensibiliseront le monde politique, ces décideurs, les encourageant à devoir prendre plus de décisions en faveur de l’évolution de la recherche scientifique et de la technologie dans le continent.

Pour réussir ce vaste programme, le NEF s’est créé un vaste réseau d’ambassades qui constituent son relais dans toute l’Afrique.

C’est pour cela que par un processus très sélectif, 54 Ambassadeurs ont été nommés, un dans chacun des 54 pays africains.

Pour le Congo notre pays, c’est ma modeste personne qui aie eu plus de chance.

Émergeant du lot des 300 postulants que nous fumes, j’ai été retenue puis confirmée ambassadeur pour deux ans (2017 – 2019) lors de la grande conférence mondiale du NEF tenue à Kigali en Mars 2018, conférence qui avait connu la participation de deux Présidents, leurs Excellences Monsieur Paul KAGAME du pays organisateur de ce grand rassemblement des hommes de Science du monde que fut cette rencontre et Monsieur Macky SALL du Sénégal.

A propos de la Semaine Africaine des Sciences du NEF, c’est dans 35 pays dont le Congo notre pays que son organisation qui est à sa 2ème édition doit être réalisée cette année. Pour le Congo, se tenant du 22 au 26 de ce mois, diverses activités culturelles et scientifiques ont été retenues.

La présente Semaine Africaine des Sciences sera j’en suis convaincue une occasion idéale qui permettra de voir se réaliser, le lien entre la théorie et la pratique et la conversion de ce qui a été possible d’être fait.

Je ne saurai terminer ce propos sans remercier tous ceux qui nous aidant d’une manière ou d’une autre dans l’organisation de cette rencontre, ont contribué à sa réussite.

Aussi, toute ma gratitude en premier lieu va naturellement chez Monsieur le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, son Excellence Monsieur  qui dès la constitution de notre candidature, non seulement a accepté de parrainer cet évènement mais aussi avec ses collaborateurs a accompagné l’évolution de sa réalisation, veillant jusqu’au moindre détail la progression de toutes les étapes de sa préparation.

Dans cette lancée, et sur une liste non exhaustive, je citerai entre autres acteurs :

  • Le monde Universitaire de Marien NGOUABI et leur recteur. Tous ces éminents professeurs, jour après jour, participant au travail de conception et d’élaboration des programmes, des spots publicitaires ainsi qu’à l’occupation de l’espace, ont eux aussi été les principaux ouvriers de l’organisation de cette manifestation.
  • Enfin tous ceux qui anonymes ont accompli un travail de fourmis : les bénévoles et les autres qui dans l’administration assuraient quotidiennement leur tâche, tous donc ont été utiles pour la réussite de cette rencontre.

A tous ceux-là, il faut ajouter nos partenaires et sponsors. Sans leur apport multiforme, nous n’aurions pas atteint ce niveau de réalisation.

Que tous daignent croire à ma très grande reconnaissance et accepter mes sincères remerciements.

Pour terminer, qu’il me soit permis dans l’accomplissement de ma mission d’ambassadeur, de solliciter votre assistance.

Certes il est usuellement dit : « Un homme, une mission, des moyens » ;

  • Cet homme, je le suis ;
  • Une mission, elle est comme : vulgariser l’étude des sciences et des technologies ; susciter auprès des jeunes l’engouement pour la recherche scientifique et l’innovation ;
  • Et des moyens, l’on sait que dans tout long voyage à effectuer, l’on commence toujours par un premier pas. Je viens de poser ce premier pas, et je reste convaincue de pouvoir comme aujourd’hui, compter avec votre aide qui me permettra de dénicher puis accompagner les jeunes aimants les sciences et pourquoi pas, un Einstein Congolais.

Je vous remercie pour votre attention.