ALLOCUTION DE MONSIEUR L’ AMBASSADEUR DE FRANCE AU CONGO A L’OCCASION DE SIGNATURE DE L’ ACCORD-CADRE DE COOPÉRATION ENTRE LE CIRAD ET LE MINISTÈRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE.

0
1962
  • Monsieur le Ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique,
  • Madame la Ministre de l’économie forestière;
  • Monsieur le Ministre de l’enseignement supérieur;
  • Mesdames et Messieurs;
  • Monsieur le Président Directeur Général du CIRAD;
  • Distinguées invitées et chercheurs,

Je voudrais tout à bord vous remerciez pour votre présence à cette cérémonie de signature de l’Accord-cadre de coopération scientifique qui va unir le Ministère Congolais de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique et le CIRAD.

Cette cérémonie marque rapidement l’aboutissement d’un processus de dialogue engagé de longue date entre le ministère de la recherche scientifique et l’ambassade de France et les acteurs français au cours de ces échanges nous avons entendu le ministère à rappeler l’intérêt qu’il portait à renouer le partenariat opérationnel avec les instituts des chercheurs français en général et avec le CIRAD en particulier et son attente de voir ces instituts revenir au Congo.

Il est vrai que cette attente était nourrie par une longue histoire en commun, faite des investissements, d’efforts et de succès partagés, une longue tradition de coopération qui ne demandait qu’à renaître pour répondre à nouveau ensemble aux enjeux du développement durable de ce pays et aux engagements qui nous lient, la France et le Congo, dans la préservation des biens publics mondiaux.

En marge du Sommet de la Francophonie de 2018,  les présidents Denis SASSOU N’GUESSO et Emmanuel MACRON ont clairement identifié trois secteurs prioritaires pour une coopération renforcée entre le Congo et la France: le secteur de la santé et de la recherche  médicales, celui de l’environnement et du climat et enfin celui de l’enseignement supérieur et de la recherche.

signée en Avril 2019, la feuille de route pour ce dernier secteur comprend explicitement, dans ses objectifs, la formalisation et le renforcement de partenariats entre le Congo et les instituts de recherche français.

Je suis donc très heureux de voir aujourd’hui, dans la signature de cet accord-cadre entre le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique et le CIRAD, la concrétisation d’un jalon dans la mise en œuvre de cette feuille de route.

La formalisation de ce partenariat scientifique marque le retour au Congo du CIRAD, dont l’expertise des capacités seront également déterminantes dans la mise en oeuvre des deux feuilles de route, l’environnement /climat  santé, dernier secteur où le CIRAD est déjà engagé à travers un projet, en cours d’exécution, sur le renforcement de la surveillance épidémiologique des maladies à virus Ebola.

Ces priorités de coopération ont été réaffirmées lors de la visite à Paris du Président SASSOU NGUESSO en septembre dernier. Elles ont fait l’objet d’accords spécifiques et d’engagements mutuels, que ce soit à travers la lettre d’intention signée dans le cadre de l’initiative pour les forêts d’Afrique centrale, CAFI, ou soit de protocoles bilatéraux de coopération dans les domaines de l’environnement et de l’enseignement supérieur.

Je peux vous assurer Monsieur le ministre, que, dans l’esprit de ces accords, la France continue à s’investir pleinement dans le renforcement des liens entre le Congo et les instituts de recherche français.

Des partenariats sont ainsi déjà actifs avec l’institut de recherche du développement (IRD) et des contacts sont pris également avec l’institut Pasteur dans l’optique de consolider un réseau sous régional  de surveillance épidémiologique.

Le CIRAD a ouvert la voie mais, en pas  douter, d’autres occasions  nous serons données  de nous retrouver sous les auspices aussi favorables qu’aujourd’hui. Je suis profondément persuadé que la recherche ne peut se développer et produire les résultats que dans des approches partenariales.

La mise en réseau des instituts de recherche, à l’échelle nationale supranationale, est une   condition clé d’excellent de l’efficacité de la performance. Nous ne pouvons ainsi que nous réjouir de ce partenariat qui se concrétise entre la recherche du Congo et le CIRAD.

En outre, ce partenariat rénové sera incontestablement un atout fort dans notre pays, Monsieur le Ministre, dans le contexte avenir de la relance des dynamiques régionales, y compris dans la recherche sur l’environnement et les ressources biologiques, attendue de la réforme en cours de CEEAC.

Pour conclure, je ne peux que saluer à nouveau la volonté commune que traduit et l’espoir qu’exprime la signature, aujourd’hui, de ce partenariat entre le Congo et le CIRAD qui contribuera, j’en suis persuadé, à confronter l’axiome selon lequel il ne peut y avoir le développement sans connaissances et savoirs, ni d’avenir sans recherche.