DES TECHNICIENS PROCÈDENT A L’AUDIT DU LABORATOIRE DE SORETEP.

0
984

BRAZZAVILLE, 05 MAI – Une équipe technique du ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique composée des scientifiques et des experts en pharmacie ont procédé, le 4 mai à Brazzaville, à l’audite du laboratoire de la Société de Recherche et de Technologie Pharmaceutique (SORETEP) pour une production des antipaludiques et de l’hydro chloroquine au Congo.

Cette audit fait suite à la prise en compte dans le budget 2020 de la relance et de la mise en route de SORETEP, pour 645 millions de FCFA soit 400 millions de FCFA pour le matériel, 180 millions de FCFA pour le bâtiment administratif et 65 millions de FCFA pour la culture de l’Artemisia au lieu d’en faire venir du Vietnam comme prévu au projet entre 2008 et   mi-2017.

Implanté au sein de la cité scientifique de Brazzaville, cette équipe a visité ce laboratoire suivant le plan de production des médicaments et constaté, sur la base du canevas de l’audit d’un laboratoire de production des médicaments, l’existence des locaux et des équipements conçus, construits et adaptés aux opérations à effectuer.

L’équipe de l’audit a constaté l’existence dans  quinze (15) salle, d’une balance, d’un broyeur,  d’un séchoirs, d’un mixeur rotatif,  des mélangeurs, des tamis, un compresseur pour la production des comprimés, une machine à polissage des comprimés, des machines à production des capsules,  une machine pour enrober les comprimés,  d’une salle de lavage des mains et de désinfection,  d’un laboratoire de contrôle qualité des médicaments produits, une machine de plastification pour la mise des comprimés dans les plaquettes et une salle de mise des comprimés dans les  boites.

Les experts en pharmacie ont déclaré à l’issue de la visite que ce laboratoire abritant les équipements est constitué des locaux spacieux dotés d’un éclairage adapté. Chaque local comprend un acte défini et les locaux sont agencés de telle sorte que le circuit de chaque flux est simple et aisé à effectuer. Chaque machine correspondant à un acte donné de production est disposée dans un local approprié.

L’ensemble des machines peuvent conduire à réaliser des actes nécessaires à la production des médicaments sous forme sèche telle que les comprimés mais un problème se pose avec la machine liée à l’acte de conditionnement, ont relevé les experts en pharmacie. De même les experts ont constaté que les locaux devant abriter l’administration et autre service tel que l’assurance qualité, service clé qui décide de la libération des lots n’existe pas encore.

Sur la base des résultats de l’audite, les experts ont indiqué que ce laboratoire pourrait matérialiser sa mission définie par les conclusions bilatérales qui consiste en la production des antipaludiques à base d’artémisinine afin de rassurer la population sur leur disponibilité et accessibilité, espérant ainsi contribuer à baisser le taux de mortalité relative au paludisme.

Par contre, ont fait savoir les experts, le laboratoire de Soretep ne peut être inclus dans les activités à court ou moyen terme relatives à la lutte contre le covid19 car sa mise en œuvre relève d’une certaine nécessité en se référant sur les notions de base concernant la vie des virus.

Initié en 2008, ce projet n’avait plus été pris en compte dans le budget de l’État depuis 2017.

La prochaine visite technique au laboratoire de Soretep est prévue pour le 7 mai prochain.

Rappelant que les plantations de l’Artemisia au Congo, matière première pour le fonctionnement de ce laboratoire, identifiées par l’Institut de Recherche Forestière sont à Brazzaville, au Pool, au Kouilou, au Niari, Lékoumou et la Likouala.