DECLARATION DU MINISTRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L’OCCASION DE LA « JOURNÉE MONDIALE DE LA SCIENCE, DE LA PAIX ET DU DEVELOPPEMENT DE L’UNESCO.

0
2973

Mesdames et Messieurs ;

Le monde célèbre ce jour, 10 novembre 2019, la Journée Mondiale de la Science au service de la paix et du développement.

Lancée par l’UNESCO en 2001, la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement est célébrée chaque année dans notre pays.

La coutume est respectée car depuis le 25 jusqu’au 30 juin 1987, sous Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, alors Président en Exercice de l’OUA, Brazzaville accueillait le Premier Congrès des hommes de sciences d’Afrique.

Elle a toujours été une occasion pour rappeler l’engagement et la volonté du Gouvernement de la République à placer la Science, la Technologie et l’Innovation au centre du développement socio-économique de notre pays.

Le thème de cette année est« Science ouverte, ne laisser personne pour compte. »

A l’orée de la 40e Session de la Conférence Générale de l’UNESCO en République du Congo, la célébration de la Journée Mondiale de la Science vise entre autres les objectifs suivants :

  • Réaffirmer le rôle moteur des Sciences, Technologie et Innovation dans la diversification de l’économie congolaise ;
  • Participer à la diffusion d’une culture scientifique et ainsi susciter l’éveil pour les carrières et les métiers scientifiques ;
  • Établir un contrat social pour la science, qui rende compte de l’importance du rôle que la science, l’innovation ainsi que les scientifiques et innovateurs jouent dans la création de sociétés durables, et qui garantisse que les citoyens soient informés des développements en matière scientifique et de l’innovation donc montrer que l’accès à la science, ainsi qu’à une part équitable de ses bienfaits, est un droit de l’homme universel, aussi inaliénable que le droit à l’eau, à la justice ou même à la vie.

Mesdames et Messieurs

La science, la technologie et l’innovation constituent des outils multifonctionnels et des éléments clés de la réalisation des objectifs de développement d’un pays, et aujourd’hui, il est clairement établi qu’on ne peut parler de développement sans la science.

La science ouverte est une question brûlante dans la communauté scientifique, qui attire de plus en plus l’attention de la communauté non scientifique.

Les innovateurs, les ingénieurs les développeurs de technologies, tant du secteur  public que du secteur privé adoptent les concepts de science ouverte et d’innovation ouverte. Les décideurs politiques et les citoyens adoptent de plus en plus ce concept de science ouverte comme un outil pour rendre la science plus accessible, le processus scientifique plus inclusif et les résultats de la recherche scientifique plus disponibles.

En effet, le concept de « Science ouverte » est une démarche innovante qui nous interpelle et nous demande de contribuer à faire de la science, un « bien commun au service de la communauté », c’est-à-dire accessible à toutes les couches de la société.

Aussi, les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle, de changements climatiques, de foresterie, de santé, de pauvreté ne trouveront de solutions que lorsque les moyens (humains, matériels et financiers) adéquats sont mobilisés, permettant ainsi à la science de jouer pleinement son rôle moteur de la croissance économique, de l’inclusion sociale et du développement durable de tout le pays.

Mesdames et Messieurs

En République du Congo, le Ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique s’est engagé dans de profondes réformes  dont la création des Instituts de Recherche Agronomique ; de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles ; de Recherche Forestière ; de Recherche en Sciences de la Santé ; de Recherche en Science, Ingénierie, Innovation et Technologie ;d’Information et de Documentation Scientifique et Technique ; de Recherche et d’Etudes en Sciences Sociales et Humaines ; de Valorisation des Résultats de la Recherche et de l’Innovation ;de Recherche et de Développement des Plantations Industrielles et de Production Géographique ainsi que les Structures privées dont la Fondation Congolaise pour la Recherche Médicale qui permettent d’améliorer la visibilité et la lisibilité des activités de recherche  et de l’innovation autour des priorités nationales établies dans le Programme National du Développement.

 L’adhésion de la République  du Congo au programme des Laboratoires d’accélération du développement du PNUD lancé à Brazzaville, le 28 octobre 2019 par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement est encore une illustration de la volonté commune de voir éclore et émerger la triptyque recherche, innovation et développement car de l’innovation découle la recherche et de l’apprentissage impulse le développement en améliorant les technologies, les produits, les services et les pratiques des populations.

Il est ainsi réitéré l’implication des femmes et des jeunes Congolais dans les sciences pour l’obtention des prix d’excellence scientifique.

Mesdames et Messieurs ;

Des investissements importants ont été faits par le Gouvernement et la poursuite de ses efforts permettra de bâtir un environnement propice à une recherche ouverte et disponible à tous et permettant aux différents acteurs du Système National de Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique de répondre aux enjeux et défis du développement du Congo et ainsi contribuer au bien-être social et économique des populations congolaises.

Vive la journée mondiale de la science pour la paix et le développement ;

Je vous remercie.