COMPLETER LES PUBLICATIONS POUR RENDRE VISIBLE LA RECHERCHE A L’INSTITUT NATION AL DE RECHERCHE EN SCIENCES EXACTES ET NATURELLES.

0
76

BRAZZAVILLE, 19 DECEMBRE –  Le conseil scientifique de l’Institut National de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles (IRSEN), tenu  le 18 décembre à Brazzaville,   a recommandé, entre autre,  de compléter la liste des publications scientifiques de l’IRSEN afin de rendre visible le travail de recherche effectué au sein de l’institut en fournissant les pages de garde de toutes les publications depuis 2014.

Sous la présidence du professeur David Mampouya, le conseil scientifique de l’IRSEN a faits des recommandations  sur quelques points saillants de la station de Dimonika, des projets fédérateurs, des études des milieux marins, du projet de numérisation des herbiers, du rapport scientifique, du besoin en personnel et de la coopération.

Il a été ainsi recommandé, que tous les ministères concernés par la station de Dimonika se retrouvent pour discuter de l’avenir du site pour la restitution dans le patrimoine de l’État, de formaliser les rapports avec l’ONG Renatura et l’IRSEN pour l’élargissement de l’étude des poissons cartilagineux.

Les projets fédérateurs  étant pertinents, ils sont reportés d’année en année pour espérer obtenir des financements en vue de leur exécution, le projet numérisation des herbiers bénéficie d’un financement par Expert-plante et le conseil a recommandé de déménager les bureaux dans un autre local afin que l’herbier reste un lieu de conservation.

Le conseil scientifique  a adopté la nature des postes à pourvoir, les principales tâches dévolues à ces postes et les diplômes requis  pour les occuper, il a recommandé l’identification des unités de recherche et des laboratoires par des arrêtés ministériels ainsi que la reconstitution de la base de données sur la formation à a recherche et par la recherche depuis l’année 2014.

Sur le plan de la coopération, le conseil a recommandé  le recensement des accords entre le ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique et les autres institutions.

A l’ouverture de ce conseil scientifique, le Pr David Mampouya a fait s’avoir « qu’en attendant le plan stratégique de la tutelle, l’institut peut d’ores et déjà avoir une vision à court et à moyen terme pour entreprendre des actions auprès des bailleurs de fonds ».