CLEMENT MOUAMBA CONSTATE LES DEGATS DE L’INCENDIE A LA CITE SCIENTIFIQUE

0
99

BRAZZAVILLE, Le Premier ministre, Chef du Gouvernement congolais, M. Clément Mouamba a fait, le 11 septembre à Brazzaville, le constat des dégâts causés par l’incendie à la cité scientifique, ex ORSTOM de la capitale.

Le Premier ministre, accompagné des ministres de l’intérieur, du tourisme et de la recherche scientifique, a constaté qu’une étendue assez importante a été perdue.

A l’issue de la visite des zones incendiées, le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a indiqué que les dégâts dans cette zone, peuvent être estimés à près d’un hectare de perdu.

Il a fait noter que la population entre dans cette zone de manière désordonné et les mesures prises vont être non seulement de pouvoir élever le mur mais aussi de créer des layons pour qu’entre les arbres qui sont dans cette zone, le mur, la population et les locaux pour les scientifiques soient effectivement protégés.

« Nous saluons avec beaucoup de joie, beaucoup de bonheur, nous les scientifiques, que M. le Premier ministre soit arrivé aujourd’hui pour faire ce constat et que nous aussi nous allons créer toutes les conditions pour qu’on arrive plus à avoir ces genres de situations », a affirmé le ministre Coussoud-Mavoungou.

« Nous sommes en saison sèche et que le cite étant ancien cela est tout à fait normal que ceci arrive de temps en temps mais suivant les instructions du premier Ministre nous avons le pouvoir de faire une collaboration avec les sapeurs pompiers pour que si jamais cela peut arriver pour que leur travail soit facilité et qu’on arrive à circonscrire de manière simple ce genre de dégâts », a-t- il poursuivi.

Le ministre a aussi fait savoir que c’est son devoir de créer les conditions de la protection du site pour qu’aussi longtemps que ce site devra exister, les expériences sur le plan scientifique devront effectivement se faire.

Lors de ces incendies, la cité scientifique a perdu des espèces forestières qui font plusieurs arbres et le feu a détruit des cachettes pour plusieurs espèces de serpents qui servent à des expériences scientifiques en herpétologie.

La cité scientifique a perdu près10 hectares depuis que la cité scientifique a été remise au Congo depuis les années 80, a-t-on appris.